DEUX TÊTES DE CHEVAUX

le crane d'un éléphant

Exposition collective à la Chapelle des Petits Augustins de l’École des Beaux-Arts de Paris

LE CRANE D'UN MAMMOUTH

LES PATTES D'un éléphant


Les sculptures d'Ava Fathi sont accessibles entre 4.000 et 6.000 euros


Artiste multidisciplinaire, Ava Fathi se nourrit réciproquement de chaque support sur lequel elle travaille car chacun est nécessaire à la compréhension de l'autre.

Le sujet imaginé par Ava Fathi se concentre ici sur la représentation animalière. Elle suit un processus en deux étapes consistant à un long travail d'étude suivi par la concrétisation de sa démarche. Ainsi, l'artiste passe de longues journées au Museum d'Histoire Naturelle de Paris où elle croque les ossements, crânes et squelettes d'animaux préhistoriques. Elle décide ensuite du moment juste pour commencer à mouler et sculpter le bois, la pierre, la terre ou le plâtre pendant plusieurs mois pour aboutir à son idée. Il est question, comme souvent dans l'art contemporain, de rendre visible l'invisible.

Lors de sa présentation au Jury final de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris il y a un an, Ava Fathi a disposé à même le sol treize sculptures de crânes d'éléphants et de mammouths. L'absence de socle et l'installation de chaque oeuvre dans des sacs plastiques noirs font référence au mode funéraire iranien. La terre encore humide interagit avec le plastique en suintant légèrement, il s'agit d'une réflexion sur le temps et le passage du vivant vers son inéluctable disparition.

Deux pierres calcaires dominent l'installation, réinterprétations de deux têtes de chevaux vus par l'artiste lors d'une dissection par les étudiants de l'Ecole Vétérinaire de Maison-Alfort . Les croquis nous aident à comprendre et visualiser sa démarche entre la taille de la pierre (le mors du cheval) et l'aspect brut, non travaillé comme un espace de réserve.