# 6  [ Une artiste, une galeriste : rencontre avec Gaëlle Girbes ]

 

Gaëlle Girbes vit sa profession de photographe au quotidien comme un véritable sacerdoce. Elle mange, boit, parle et voit presque uniquement à travers le filtre de son objectif.

Élevée dans une famille aux racines multiculturelles, elle nourrit sa jeunesse des épopées amoureuses de Tolstoï et des poèmes d'Aragon à la gloire d'Elsa Triolet. De nature autodidacte, Gaëlle décide de suivre une formation professionnelle à l'EMI-CFD (Ecole des Métiers de l'Information) pour se spécialiser dans le reportage sociétal. Sa grande technicité et ses compétences en graphisme l'amènent a travailler la post-production des tirages du photographe Reza affilié au National Geographic.

C'est à cette époque que je fais sa connaissance.

 

Gaelle Girbes Misia Gallery série Circus

 

Après avoir partagé un périple mémorable à Perpignan à l'occasion de VISA pour l'Image, festival international dédié au photojournalisme, Gaëlle me fait découvrir un travail plus personnel où l'esthétique et la construction de l'image priment sur le sujet d'actualité. 

A l'instar d'autres artistes représentés par Misia Gallery, je décide de prendre en compte cette production "à part" car elle est plus intime, plus profonde. J'y entrevois le caractère franc et entier de la jeune femme et je comprends sa vision poétique de deux univers qui s'affrontent : la Danse et le Cirque.

 

Chaque forme d'art constitue à mes yeux une porte ouverte à l'imaginaire et aux fantasmes. La théâtralité de la série Circus me fait imaginer le lourd rideau rouge par lequel s'engouffrent Monsieur Loyal, le trapéziste, la cavalière, le clown ridicule et les animaux étrangement dressés autour d'une piste sableuse. Je sens l'odeur de la tente érigée et j'entends le craquement du bois des gradins.

 

 

 

La seconde série présentée par Misia Gallery intitulée Tango, fait écho à cette poésie. Le dialogue entre les deux corps tendus nous questionne sur la fin de l'histoire car il s'agit ici du scénario romantico-sexuel propre à la danse argentine. Je re-découvre le caractère plus émotif et la maîtrise technique de l'auteur. La couleur rouge de la robe rythme autant la photographie que le geste à la fois brutal et sensuel du duo.

 

Les travaux de Gaëlle Girbes me font définitivement croire en la sincérité de sa démarche artistique car elles sont à son image : un fichier RAW qui a été maîtrisé et travaillé en CMJN ! 

Caroline Courly, directrice de Misia Gallery

Gaelle Girbes, Après vous
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Clair Obscur
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Compagnons
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, David et Goliath
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Destinée
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Deux
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Duettiste
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Epilogue
à partir de 800,00 €
Gaelle Girbes, Icare
à partir de 800,00 €

Écrire commentaire

Commentaires : 0